Sur les noms – Sur l’oisiveté – Sur la constance (Essais I, 8, 12, 46)


Read by René Depasse

Trois Essais du Livre I.

« Combien y a-t-il, en effet, dans chaque famille, de personnes portant le même prénom et le même nom ? Et dans toutes les familles, tous les siècles, tous les pays – combien ? L’histoire a retenu trois « Socrate », cinq « Platon », huit « Aristote », sept « Xénophon », vingt « Démétrius », vingt « Théodore »… sans parler de ceux demeurés inconnus. Qu’est-ce qui empêche mon palefrenier de s’appeler « Pompée le grand » ? » (Sur les noms, I, 46)

« Si on n’occupe pas nos esprits avec quelque chose qui les bride et les contraigne, ils se jettent sans retenue par-ci, par-là, dans le terrain vague de l’imagination. » (Sur l’oisiveté, I, 08)

« Et le jeu de la constance consiste principalement à supporter vaillamment les malheurs pour lesquels il n’est pas de remède. Si bien qu’il n’y a pas d’acrobatie du corps ni de passe d’armes de main que nous devions trouver mauvaises si cela peut nous garantir contre le coup qu’on nous porte. » (Sur la constance, I, 12)

Traduction en français moderne de Guy de Pernon.

(0 hr 24 min)

Ce livre appartient à la collection Litterature Audio