Satire première


Read by René Depasse

Satire première sur les caractères et les mots de caractères, de profession, etc… est une lettre adressée par Diderot à son ami Naigeon qui deviendra le légataire de ses œuvres et en publiera une édition en quinze tomes en 1798 (il n’y a pas de satire II).

Le même style et la même verve de Jacques le fataliste et son maître ou du Neveu de Rameau se retrouvent dans cette peinture du genre humain :
« Sous la forme bipède de l’homme il n’y a aucune bête innocente ou malfaisante dans l’air, au fond des forêts, dans les eaux, que vous ne puissiez reconnaître : il y a l’homme loup, l’homme tigre, l’homme renard, l’homme taupe, l’homme pourceau, l’homme mouton ; et celui-ci est le plus commun. Il y a l’homme anguille ; serrez-le tant qu’il vous plaira, il vous échappera. L’homme brochet, qui dévore tout ; l’homme serpent, qui se replie en cent façons diverses ; l’homme ours, qui ne me déplaît pas ; l’homme aigle, qui plane au haut des cieux ; l’homme corbeau, l’homme épervier, l’homme et l’oiseau de proie. Rien de plus rare qu’un homme qui soit homme de toute pièce ; aucun de nous qui ne tienne un peu de son analogue animal. »
Les réflexions sur les mots de métiers ne manquent pas non plus de saveur :
« Lorsqu’un monarque, qui commande lui-même ses armées, dit à des officiers qui avaient abandonné une attaque où ils auraient tous perdu la vie sans aucun avantage : « Est-ce que vous êtes faits pour autre chose que pour mourir ?… » il dit un mot de métier. »

(0 hr 33 min)

Ce livre appartient à la collection Litterature Audio

Chapters

Satire première 32:41 Read by René Depasse