Mémoires d’un chien jaune – Un service d’amour


Read by René Depasse

L’humour d’O. Henry commence à nous être familier.

Dans Mémoires d’un chien jaune, l’auteur donne la parole au toutou agacé par la bêtise de sa maîtresse : «« Oh ! qui qu’c’est qu’est l’coco mimi toumtoum zizi tchiatchia roudoudou moumoune à sa ’tite mère ? » [...] Je menais une vie de chien dans cet appartement. Je passais presque toute la journée dans mon coin à regarder cette grosse femme exterminer les heures de son existence. »
Parlant à son maître il lui dit : « Pourquoi fais-tu cette tête-là, vieux homard gratiné ? Elle ne t’embrasse pas, toi ! Tu n’es pas obligé de t’asseoir sur ses genoux et de prêter l’oreille à des élucubrations qui sont à un vocabulaire régulier ce qu’un scénario cinématographique est aux Maximes d’Épictète. Tu devrais te féliciter de n’être pas un chien. »

Un service d’amour veut prouver que la belle formule : « Quand on aime son Art, aucun service ne semble trop dur » n’est pas toujours vraie, en l’illustrant par la vie d’un jeune peintre marié à une jeune musicienne. Un conte charmant reposant sur… deux mensonges.

Deux nouvelles extraites du recueil New York Tic Tac.

Traduction : F.R.

(0 hr 40 min)

Ce livre appartient à la collection Litterature Audio