Des récompenses d’honneur – Des armes des Parthes (Essais II, 7, 9)


Read by René Depasse

L’Essai Des récompenses d’honneur (Livre II, Chapitre 7) fait réfléchir Montaigne à la distribution des récompenses honorifiques, surtout en la période de guerres civiles que connaît alors la France.
Parlant de la distinction de l’Ordre de Saint-Michel trop facilement accordée, il écrit :
« Mais je prétends que même si plus de gens en étaient dignes de nos jours qu’il n’y en avait autrefois, il ne fallait pourtant pas l’accorder de façon aussi libérale ; il eût mieux valu ne pas l’attribuer à tous ceux qui l’eussent méritée plutôt que de perdre pour toujours, comme on vient de le faire, l’usage d’une chose aussi utile. »

Quelle serait la réaction de Montaigne, aujourd’hui, devant l’attribution de la légion d’honneur instituée le 19 mai 1802 par Napoléon Bonaparte pour récompenser les « mérites éminents » militaires ou civils rendus à la Nation, en 2006 à Vladimir Poutine, président de la Fédération russe (2000-2008), comme grand-croix de la Légion d’honneur ?

Pourquoi Montaigne, dans Des armes des Parthes (Livre II, Chapitre 9), passant en revue divers armements, s’arrête-t-il a celui des Parthes ? C’est simple :
« Voilà une description qui ressemble très fort à l’équipement d’un homme d’armes français, bardé de toutes les pièces de son armure ! »

Traduction en français moderne de Guy de Pernon.

(0 hr 20 min)

Ce livre appartient à la collection Litterature Audio