Read by Florent

(2.8 stars; 2 reviews)

Don Francisco d’Aliaga discute avec un étranger qui dit en savoir long sur Melmoth. Cet étranger va alors lui raconter l’histoire de la famille Guzman.

« La mendicité paraissait devoir être désormais la seule ressource de cette malheureuse famille. Elle se décida à en faire l’essai dès le soir même. Le malheureux père ne changea pas de place le reste de la journée. Inès s’efforça de réparer encore les habits de ses enfants, qui étaient en si mauvais état, que chaque point qu’elle faisait occasionnait une nouvelle déchirure. »

Traduction : Jean Cohen (1781-1848).

Accéder à l’œuvre intégrale…

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Nouvelles


Eugène Chavette - Modeste Asile

Huit Petites Comédies du vice de l’humoriste Eugène Chavette sont sur le site ; s’y ajoutent deux nouvelles ayant pour sujet des problèmes d’argent.
L’Ostentation est illustrée par le nom de la propriété Modeste Asile. C’est un journal écrit, de mai 1862 à juin 1864, par le malheureux acquéreur d’une chaumière devenue onéreuse à force de remaniements « ostentatoires ».
« À sept heures précises, nous avons la vue de deux trains qui se croisent. Je sais bien qu’à la campagne tout devient distraction, mais pour un million cinq cent mille francs, ce seul amusement est coûteux. »

L’Hypocrisie d’une veuve rognant sur les dépenses d’un monument élevé à la mémoire de son mari s’étale dans le marchandage du Petit Monument.
Le marbrier et la « cliente » : « Pour revenir à votre bas-relief… nous vous mettrons à gauche le Génie du commerce, et, tout près, la Probité…
— Oh! Pigache était honnête, c’est vrai… c’est-à-dire qu’il avait une probité… de commerçant, vous savez ?… Économisons les vingt francs de cette qualité-là.
— Ne la mettons pas si vous le désirez. Nous la remplacerons par la Douceur et la Bonté.
— Oui, il était bon et doux… mais avec moi seu­lement… et par crainte ; ses ouvriers avaient beaucoup à se plaindre de ses emportements et de sa brutalité… Supprimons les vingt francs de douceur. »

(1 hr 44 min)

Ce livre appartient à la collection Litterature Audio

Chapters

Read by Florent
Read by Florent
Read by Florent
Read by Florent
Read by Florent
Read by Florent
Read by Florent
Read by Florent
Read by Florent
Read by Florent