Le Vieux Tailleur


Read by René Depasse

Les deux derniers Contes vosgiens (1877) d’Erckmann-Chatrian sont Gretchen et Le Vieux Tailleur.

« C’était un vieux bonhomme aux tempes chauves, les yeux gris clair, le teint légèrement vineux, et qui, les jambes croisées sur son établi, tirant le fil, ressemblait à une grenouille, tant il avait la bouche largement fendue et l’air rêveur.
Je me rappelle aussi qu’on appelait le père Mauduy, le Vendéen, et que des personnes soi-disant pieuses l’accusaient d’avoir commis des horreurs en Vendée, d’avoir tué des femmes, des enfants, etc… La seule chose vraie de tout cela, c’est que Mauduy était parti comme volontaire en 92, qu’il avait fait les campagnes de Mayence, de Vendée, d’Italie et d’Égypte, et qu’après le coup de Brumaire, pouvant entrer dans la garde consulaire, il avait mieux aimé reprendre son état de tailleur que de servir Bonaparte. »

C’est l’histoire de ce passé, ressuscité à l’occasion d’une rixe de cabaret, qui est le sujet de ce conte qui nous surprend, sauf si nous avons été alertés, au début, par cette petite scène :

« Et un jour, apercevant des fleurets, il voulut les voir. Ses yeux brillaient, il en prit un, deux, trois, les faisant ployer sur le bout de son soulier avec une satisfaction singulière.
« Celui-ci, fit-il, est bon, il est souple ; la poignée est un peu trop courbée, mais on la redresserait facilement ; la garde est aussi un peu trop petite ; c’est égal, il m’irait, oui, il m’irait bien ! » »

(0 hr 50 min)

Ce livre appartient à la collection Litterature Audio

Chapters

Le Vieux Tailleur 48:21 Read by René Depasse