Le Témoignage de Randolph Carter


Read by Vincent de l’Épine

(4.5 stars; 97 reviews)

« Je vous le répète gentlemen, vos investigations ne vous mèneront nulle part. [...].

Tout ce dont je puis me souvenir, je vous l’ai dit avec une parfaite franchise. Rien n’a été déformé ni dissimulé, et si quoi que ce soit demeure vague, c’est seulement à cause de ces nuages noirs qui ont envahi mon esprit – ces nuages et les horreurs nébuleuses qui les ont amenés à moi.

Je vous le répète, je ne sais pas ce qu’est devenu Harley Warren, même si je pense – et j’espère presque – qu’il connaît maintenant l’oubli éternel… pour peu qu’il existe quelque part quelque chose d’aussi merveilleux. [...] Et pourquoi Harley Warren n’est pas revenu, il est le seul à pouvoir le dire – lui ou son ombre, ou quelque chose sans nom que je n’ose même pas décrire. »

Lovecraft a trouvé l’inspiration du thème de cette nouvelle, écrite en 1919, dans un rêve auquel il fait référence dans sa correspondance avec August Derleth.

Il y aborde deux thèmes principaux et fondateurs de son œuvre : le prix à payer pour la connaissance, et l’indicible. C’est là tout l’art de cet extraordinaire écrivain : mettre en scène ce qui ne peut être décrit, évoquer une horreur qui est au-delà des mots.

Traduit par Vincent de l’Épine, avec les aimables conseils d’Alain Degandt.

Illustration : d’après Temple Hill Graveyard, Cork, Ireland, par Guliolopez.

(0 hr 22 min)

Ce livre appartient à la collection Litterature Audio

Chapters

Le Témoignage de Randolph Carter Read by Vincent de l’Épine

Reviews

(5 stars)

une nouvelle qui change un peu des autres écrits de lovecraft...

un doute

(5 stars)

À lire avant de vous coucher,

Simple, courte et efficace.

(4 stars)

Encore une nouvelle du maître qui s'insère bien dans son univers de démons et de mystères, même si on a le sentiment qu'il ressasse un peu les mêmes sujets sans vraiment les élargir. On en voudrait plus !

(3 stars)

la lecture molle et parfois étrangement accentué convient aux phases descriptives, mais nuit au récit quand il y a des dialogues et qu il faut restituer la panique. sinon un écrit de Lovecraft tout à fait typique de l auteur, pas spécialement original, mais comme il les fait si bien.