Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livre 34)


Read by Christiane-Jehanne

(5 stars; 3 reviews)

Octobre 1830. « Introduction.
Au sortir du fracas des trois journées, je suis tout étonné d’ouvrir dans un calme profond la quatrième partie de cet ouvrage ; il me semble que j’ai doublé le cap des tempêtes, et pénétré dans une région de paix et de silence. Si j’étais mort le 7 août de cette année, les dernières paroles de mon discours à la Chambre des pairs eussent été les dernières lignes de mon histoire. »
Cette 4ème partie est, dans l’édition que nous utilisons, toujours la 3ème Partie.

La vie politique de cette période de notre histoire de France, avec le « juste-milieu », est relatée et analysée avec les convictions de notre auteur.
Il publie des brochures, comme De la nouvelle proposition relative au bannissement de Charles X et de sa famille.

Il se rend à Genève, à Ferney :
« Là, à Ferney, où il n’entre plus personne, à ce Ferney autour duquel je viens rôder seul, que de personnages célèbres sont accourus ! Ils dorment, rassemblés pour jamais au fond des lettres de Voltaire, leur temple hypogée : le souffle d’un siècle s’affaiblit par degrés et s’éteint dans le silence éternel à mesure que l’on commence à entendre la respiration d’un autre siècle. »

Il écrit à Madame Récamier, évoque un poète-chansonnier, Béranger :
« [...] pour tracer quelques mots sur notre célèbre chansonnier. Vous trouverez mon récit trop court, lecteur, mais j’ai droit à votre indulgence : son nom et ses chansons doivent être gravés dans votre mémoire.
M. de Béranger n’est pas obligé, comme M. Carrel, de cacher ses amours. Après avoir chanté la liberté et les vertus populaires en bravant la geôle des rois, il met ses amours dans un couplet, et voilà Lisette. [...]
M. de Béranger me chanta l’admirable chanson imprimée :
À Monsieur de Chateaubriand : « Chateaubriand, pourquoi fuir ta patrie. »
À cette chanson, qui est de l’histoire du temps, je répondis de la Suisse par une lettre qu’on voit imprimée en tête de ma brochure sur la proposition Briqueville, (Brochure Bannissement Charles X)
Je disais au chansonnier : « Du lieu où je vous écris monsieur, j’aperçois la maison de campagne qu’habita lord Byron et les toits du château de madame de Staël… Ma trop longue vie ressemble à ces voies romaines bordées de monuments funèbres. »»

Chateaubriand, légitimiste, favorable à Henri V, écrit une longue lettre à la Duchesse de Berry (Chapitre 13 de ce Livre 34).

Portrait ci-contre : La Duchesse de Berry, épouse de Charles Ferdinand d’Artois, duc de Berry, fils de Charles X, elle est la mère du comte de Chambord Henri d’Artois, prétendant légitimiste au trône de France sous le nom de « Henri V ». (Wikipédia)

Puis, le choléra se propage :
« Qu’êtes−vous donc, ô immensité des œuvres de Dieu, où le génie de l’homme, qui équivaut à la nature entière, s’il venait à disparaître, ne ferait pas plus faute que le moindre atome retranché de la création ! »

Licence Creative Commons

(2 hr 27 min)

Ce livre appartient à la collection Litterature Audio

License

Chapters

Chapitres 01 à 05 Read by Christiane-Jehanne
Chapitres 06 à 09 Read by Christiane-Jehanne
Chapitres 10 à 12 Read by Christiane-Jehanne
Chapitre 13 Read by Christiane-Jehanne
Chapitres 14 à 15 Read by Christiane-Jehanne