Philosophie de l’ameublement


Read by René Depasse

Philosophie de l’ameublement (1871) est un titre peu alléchant littérairement, mais écrit par le grand Bostonien Edgar Poe et traduit par le grand Parisien Baudelaire, l’ouvrage prend un grand intérêt proclamant d’entrée :

« Il ne peut rien exister de plus directement choquant pour l’œil d’un artiste que l’arrangement intérieur de ce qu’on appelle aux États-Unis, – c’est-à-dire en Appallachie -, un appartement bien meublé. Son défaut le plus ordinaire est un manque d’harmonie. Nous parlons de l’harmonie d’une chambre comme nous parlerions de l’harmonie d’un tableau. »

Poe n’est pas d’accord avec son temps qui remplace le bon goût par la soumission au dollar : « Un malheur qui naît de nos institutions républicaines, c’est qu’ici un homme possédant une grosse bourse n’a généralement qu’une très-petite âme à mettre dedans. »
« Nous sommes violemment affolés de gaz et de verre. Le gaz, dans la maison, est complètement inadmissible. Sa lumière, vibrante et dure, est offensante. Quiconque a une cervelle et des yeux refusera d’en faire usage. Une lumière douce, ce que les artistes appellent un jour froid, donnant naturellement des ombres chaudes, fera merveille, même dans une chambre imparfaitement meublée. »

Ce qu’il aime dans cette chambre ? « Chacune de ces peintures est d’un ton chaud mais sombre. Elles ne contiennent pas ce qu’on appelle de brillants effets. De toutes émane un sentiment de repos. Aucune n’est de petite dimension. Les trop petits tableaux donnent à une chambre cet aspect moucheté, qui est le vice de plus d’un bel ouvrage d’art fastidieusement retouché. [...] Quelques tablettes, légères et gracieuses, dorées sur leurs tranches, et suspendues par des cordelettes de soie cramoisie à glands d’or, supportent deux ou trois cents volumes magnifiquement reliés. »

(0 hr 20 min)

Ce livre appartient à la collection Litterature Audio

Chapters

Philosophie de l’ameublement Read by René Depasse