Skip to main content.

Un Printemps à Pétersbourg

Gelesen von René Depasse

(3,75 Sterne; 2 Bewertungen)

Ces quatre feuilletons ont été longtemps ignorés et on a même contesté leur authenticité. En 1847 Dostoievski fréquente les cercles mondains de Pétersbourg, mais il n’aime pas leur superficialité ni leur hypocrisie. Il discute d’idées nouvelles, déplore l’état de la Russie d’alors et pense à son avenir. Il touche à de multiples sujets et se plaît à opposer les mentalités russe et européenne. L’ironie est souvent amère…

« Chez nous, par exemple, il n’y a pas moyen de vivre dans un palais, comme de grands seigneurs, ou de s’habiller comme les gens comme il faut doivent s’habiller ou comme tout le monde (c’est-à-dire comme très peu de gens) ; notre appartement ressemble souvent à une porcherie et l’habit atteint au cynisme inconvenant. »
« Voyons donc, lecteur bienveillant, ce qui vous a été particulièrement cher ? Je dis « bienveillant » parce qu’à votre place depuis longtemps j’eusse renoncé à lire des feuilletons, et celui-ci en particulier. Je l’eusse fait encore par cette raison que pour moi, et sans doute pour vous aussi, rien n’est cher dans le passé. »

Traduction : Jean-Wladimir Bienstock (1868-1933).

(1 hr 30 min)

Ce livre appartient à la collection Litterature Audio

Chapters

01. 13 avril 1847

17:25

Read by René Depasse

02. 27 avril 1847

28:45

Read by René Depasse

03. 11 mai 1847

20:06

Read by René Depasse

04. 15 juin 1847

23:50

Read by René Depasse